Adrianne. 8 lettres qui définissent une jeune femme pétillante, talentueuse et d’une humanité rare dans le milieu du web. Plus connue sous le nom d’Adrianne Trends, elle annonce la couleur: bons plans, tendances, coups de coeur, tout est passé au crible sur son blog et sa chaîne youtube. Suivie par près de 160 000 personne sur Youtube, Adrianne c’est LA nana fun et enjouée par excellence! La définir simplement par son pseudo serait réducteur, alors comme chaque interview, je vous propose de découvrir Adrianne….tout simplement. Famille, projet, enfance : Qui se cache derrière Adrianne Trends?

Aussi bavarde l’une que l’autre, on a beaucoup papoté. Comme d’hab je n’ai rien coupé.  J’aime les ITW à rallonge, et Adrianne respire la spontanéité. 

Adrianne: « Je voudrais montrer à mes enfants que j’ai réussi à m’accepter avec mes défauts »

adrianne

Portrait

Family First

Et si on faisait une petite intro « origine et civilisation » : Adrianne signifie « celle qui chante » dans la culture grecque, toi qui es passionnée de chant c’est un signe ! 

Adrianne: C’est pas vrai, je ne le savais même pas ! 

Pourquoi tes parents ont choisi de t’appeler ainsi ? 

Adrianne: Mes parents ont entendu mon prénom dans le film Rocky. D’ailleurs beaucoup de gens pensent qu’elle s’appelle « Adrienne », mais non ! C’est Adrian, orthographié différemment de mon prénom. 

Tu as des origines italiennes du côté de ton père. As-tu été influencée par l’Italie dans ton éducation ? À travers la culture ? La nourriture ?

Adrianne: Oui, les origines italiennes sont du côté de mon père. Mon grand-père paternel est né à Modène, il est complètement italien. Ma grand-mère quant à elle, est française mais d’origine sarde. Au niveau de la nourriture, ma grande mère cuisinait beaucoup, donc la cuisine italienne est une de mes cuisines préférées.

Enfin, concernant la langue, mon grand père parlait toujours français avec nous, avec son petit accent d’ailleurs. J’ai appris l’italien à l’école mais je ne l’ai jamais parlé couramment. 

Et coté voyage, tu as déjà été en Italie ?

Adrianne: J’y suis allée avec le collège et ensuite j’y suis retournée avec Rémi, mon copain. Nous sommes allés à Rome et puis cette année à Capri.

La tolérance comme maître mot

L’éducation forge la personnalité de l’adulte que l’on devient ! Tu prônes la tolérance et l’ouverture d’esprit, notamment au niveau du style. Est-ce le type d’éducation que tu as reçu ? Comment cela se manifestait dans le discours ou les actes de tes parents ? 

Adrianne: Ma mère a un style vestimentaire bien à elle. Elle porte ce qu’elle aime. Quand j’étais petite, elle m’habillait de façon originale. Elle faisait les choses sans se soucier du regard des gens. En grandissant, je me suis rendue compte que le regard des autres n’était pas si sympa que ce qu’il paraissait. C’est surtout quand je suis entrée au collège en fait. J’ai compris que la tolérance n’était pas forcément quelque chose d’acquis et de transmis, même si c’est le genre d’éducation que j’ai reçu. Chez moi, on ne jugeait pas. Bon même si je ne pense pas qu’il existe vraiment des familles où on passe son temps à juger les autres ! En tout cas, j’ai de la chance, j’ai une famille qui est très ouverte d’esprit.

Et si tu devais à ton tour être maman, quelles valeurs aimerais-tu transmettre à tes enfants ? D’ailleurs, aimerais-tu être maman ?

Adrianne: j’aimerais être maman. 

L’une des valeurs que j’aimerais le plus transmettre est la tolérance : Accepter l’autre comme il est. Accepter les différences c’est très important ! Aussi, je ne sais pas si cela aura une influence mais j’aimerais aider mes enfants à s’accepter tels qu’ils sont. Leur montrer que moi aussi, je m’accepte comme je suis, avec mes défauts. 

Aujourd’hui l’image a une place tellement importante quand je vois tout ce qu’il y a la télé, sur les réseaux, toutes ces chirurgies, etc. Comme je le dis dans mes vidéos, je n’ai rien contre la chirurgie mais il faut faire attention car cela peut complexer des jeunes. Ils peuvent se dirent « peut-être qu’il faut faire ça pour être parfait ». Je voudrais montrer à mes enfants que j’ai réussi à m’accepter avec mes défauts parce qu’on en a tous. J’espère que cela pourra les aider. 

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

Bébé des années 90: De l’enfance à l’adolescence 

En parlant d’enfant, quelle petite fille étais-tu ? Introvertie, extravertie, sage, capricieuse ?

Adrianne: J’étais sage, je n’ai jamais été capricieuse. Par contre j’étais, et je le suis toujours, très solitaire. D’ailleurs j’ai un petit frère et je n’aimais pas trop quand il venait jouer avec moi. J’aimais faire mes trucs de mon côté. Aujourd’hui toujours, j’aime bien avoir des moments où je suis seule. Ce sont les moments où je suis la plus créative.

Je suis casanière et mon copain est à peu près pareil que moi : C’est quand même très pratique ! J’aime beaucoup rester à la maison, c’est bizarre car pourtant j’adore voyager.

Tu sembles être très attachée aux valeurs familiales et notamment tu as l’air proche de ton petit frère. Quel genre de grande sœur es tu ? 

Adrianne: Je suis très « famille ». Surtout la famille proche (mes parents et mon frère avec qui j’ai 3 ans de différence). Avec mon frère on a toujours été proches. En tant que grande sœur, ça me tient à cœur de l’aider de le conseiller. Même si quand on était plus petits, mon frère était capricieux, on se disputait beaucoup mais je l’ai toujours beaucoup aimé. C’est surtout à la préadolescence qu’il se confiait à moi et je me confiais à lui. Disons que j’avais plutôt la place de la confidente car je ne le jugeais pas et je ne le ferais jamais. Le but c’est de l’aider. Ça me tient à cœur qu’il soit bien et heureux.

Tu as une communauté composée d’un public assez varié mais qui comporte néanmoins de jeunes ados au collège ou lycée : comment as-tu vécu ces années ? Je te pose cette question car aujourd’hui de plus en plus de personnes « publiques » osent parler de leurs mauvaises expériences pendant les années collège/lycée. Était ce également ton cas ? 

Adrianne: C’est vrai que sur les réseaux et YouTube il y en a beaucoup qui n’ont pas aimé cette période, pourtant j’ai adoré l’époque du collège. Mais, bien que je détestais ça, j’ai pu constater qu’au collège on s’attaquait souvent au plus faible. J’avais dans ma classe quelqu’un de différent et je voyais très bien que l’on s’attaquait à lui. Ce que j’essayais toujours de faire, c’était d’intervenir dans ces moments là, parce que ça me déchirait vraiment le cœur. Sinon personnellement, j’ai bien vécu le collège, j’avais des copines et on rigolait bien. Peut être que je rentrais dans le moule, je ne sais pas. En tout cas tout allait bien. 

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

La musique dans la peau!

La musique, une de tes grandes passions, si ce n’est la première. Et ce qui est d’autant plus fort c’est que tu partages cette passion avec ta famille. Tu as notamment participé en 2013 à l’émission un air de famille avec ton frère et ton père. Comment as tu vécu cette expérience ?

Adrianne: J’ai très bien vécu l’expérience. Du côté de mon père tout le monde chante : ma grand-mère, mon père etc. À l’origine je faisais beaucoup de castings seule. En 2013, j’ai été contactée pour cette émission, on m’a bien précisé que c’était en famille. Mon frère s’était donc remis à chanter pour l’émission car il avait complètement arrêté. À cette époque, il se consacrait à ses podcasts radio. C’était vraiment une super expérience car après que mes parents aient divorcé, on ne voyait plus aussi souvent mon père que lorsqu’on était petits. Et puis on était ensemble, le fait de le vivre avec des gens que l’on aime était d’autant plus fort.

Vous arrive t’il de vous faire des petites sessions de chants en famille ? Si oui, quels sont les classiques que vous reprenez ?

Adrianne: Oui, tout le monde chante. Quand je suis à la maison avec Remi, il m’arrive de chanter n’importe quand. Parfois je me dis même que c’est un peu bizarre.

Dans la famille, on chante toujours les mêmes chansons. Quand j’étais plus jeune avec mon père et mon frère, il nous arrivait de chanter ensemble mais on n’avait pas un grand répertoire à trois. Par conséquent, on chante souvent de la variété française. On se calque un peu à mon père ! 

La variété française c’est d’ailleurs ce que vous avez choisi de chanter pour la finale d’un Air de famille en reprenant L’envie de Johnny Halliday !

Adrianne: Alors c’est assez rigolo car pour la demi-finale, on ne savait pas du tout quoi chanter. J’avais fait une liste dans laquelle je l’avais incluse mais on ne la connaissait pas plus que ça. Donc on l’a appris vite fait et finalement elle rendait plutôt bien, on était contents.

À la rentrée ce sera le retour de nouvelle star et The Voice… Lequel à ta préférence ? 

Adrianne: C’est pas vrai ! Honnêtement je ne regarde plus rien. J’ai tellement été écœuré par les castings de ces émissions que je ne regarde plus. Je sais que c’est comme ça souvent mais quand même. Entre les deux je préfère The Voice, je ne sais pas vraiment pourquoi mais je préfère.

Qui sont les artistes qui ont bercé ton enfance ? 

Adrianne: Avec mon père j’ai beaucoup entendu Elvis Presley, aussi Eddy Mitchell, dans les petites cassettes dans la voiture. Sinon j’étais fan de Whitney Houston, je le suis toujours d’ailleurs. C’est ma chanteuse préférée. Mais il y avait aussi Céline Dion, finalement toutes les chanteuses à voix.

Depuis l’âge de 7 ans tu fais de la scène, tu as donc été très tôt baignée dans le milieu artistique et de la chanson. On le sait, c’est un milieu difficile, justement avec le recul et la maturité est ce qu’aujourd’hui tu as envie de professionnaliser le chant ou préfères-tu te consacrer à tes activités actuelles et simplement chanter par passion ? 

Adrianne: C’est vrai que si on me proposait une émission comme The Voice, ce serait dur de refuser. Ce serait énorme un plateau comme ça avec un son qui a l’air vraiment fou. 

La musique restera toujours très présente dans ma vie. C’est quelque chose que j’adore mais aujourd’hui j’ai envie de réaliser un projet musical avec mon univers et pourquoi pas de le faire connaître. Je pense qu’il y a un gros travail à faire.

Tu parles d’un projet musical, est ce qu’il t’arrives d’écrire ou de composer ?

Adrianne: Je ne compose pas car je ne joue pas d’instruments. Par contre j’ai déjà écrit et j’aimerais bien écrire des textes et les chanter. Je me dis qu’il y a quelque chose à faire et que mes deux passions pour la mode et la musique peuvent se mêler. Ça pourrait être quelque chose d’original et de créatif. L’avantage d’être sur YouTube est qu’on est libre. En tout cas, c’est un projet sur lequel je vais travailler.

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

Dingue de mode: Adrianne Trends, LA chaine et LE blog à suivre d’urgence 

As tu fais une formation dans la mode?

Adrianne: Après mon BTS MUC j’ai fait une formation de maquillage (à Aix) pendant un an puis par la suite une formation de conseillère en image (à distance).

Impossible de parler mode sans parler de ton dressing ! Quelle est ta pièce favorite ?

Adrianne: Il y a des chaussures que j’ai depuis quelques années et que j’adore. Ce sont des chaussures de la marque Kat Maconie. C’est une créatrice qui n’est pas très connue, elle fait des supers chaussures très originales. J’en avait eu à Noël il y a quelques années. Elles sont très belles, en velours bleus avec des boucles dorées. Je pense que je les choisirais. Pour moi, ces chaussures se sont des bijoux, je pourrais les admirer.

Et selon toi quelle est LA pièce à avoir dans son dressing ?

Adrianne: Un perfecto. Ça peut décaler n’importe quelle pièce, et c’est également une belle pièce.

Y’a t’il une pièce de luxe qui te fait rêver ?

Adrianne: Je n’ai jamais eu de sac de créateurs donc pourquoi pas un sac. Et plus précisément j’aime bien la marque Chloé.

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

Shopping addict?

J’ai vu récemment que plusieurs « influenceuses mode » avaient été appelées pour faire les « reines du shopping » sur M6. Est ce qu’on te l’a déjà proposé ?

Adrianne: On m’avait appelé une fois et je n’avais pas donné suite. C’est vrai que je regarde parfois quand je tombe dessus. Avec le recul je me dis « pourquoi pas ». Beaucoup de gens ont des préjugés sur cette émission. Mais je pense que les gens savent faire la part des choses. J’ai regardé il n’y a pas longtemps et finalement c’est pas mal. 

Tu proposes énormément de looks aussi bien sur ton blog que sur YouTube. Comment t’organises-tu pour toujours te procurer des nouveautés ? As tu un planning shoping ?

Adrianne: Je fais souvent du tri parce que sinon je ne m’en sors pas. Et puis maintenant je fais très rarement du shopping en magasin. C’est horrible mais je commande beaucoup sur internet. Je n’ai pas forcément d’organisation à ce niveau là. C’est vraiment en regardant sur les sites que j’ai l’inspiration, ça marche au coup de cœur. Souvent, quand je vois une pièce sur laquelle j’ai un coup de cœur j’imagine comment je vais la porter, avec quelle(s) pièce(s).

J’ai aussi beaucoup de chance car je reçois pas mal de choses. Il y a des agences qui me proposent de recevoir des vêtements. Elles ne me demandent rien directement, mais évidemment les marques savent que je vais porter ces vêtements là sur mon blog ou mes réseaux. Des sites comme Missguided par exemple me proposent souvent de faire du shopping « gratuit ». 

Tu es toujours pleine d’inspiration ; qui sont les icones mode qui te guident au quotidien ? 

Adrianne: Ce sont surtout les perso de série : Carrie Bradshaw mais aussi Franck Fine. En fait, je suis surtout inspirée par les personnages un peu rétro. Je pense faire d’ici peu un Get the look « Carrie jeune », car j’ai acheté une robe sur Asos qui lui correspond parfaitement. Et puis, je vais aussi faire Grease prochainement, j’adore.

C’est intéressant d’avoir ton avis sur la mode et le rapport au corps : je prends l’exemple d’Asos qui a récemment décidé de ne plus retoucher les vergetures sur les mannequins. Qu’en penses tu ? Est ce que tu perçois une évolution, un changement de mentalité vis à vis du culte du corps ? 

Adrianne: Je trouve ça super, il y a certaines marques qui essaient de faire évoluer les mentalités à ce niveau là. C’est bien que chacun apporte sa pierre à l’édifice. C’est sûr que l’on ne peut pas tout changer d’un coup mais il y a une évolution au fur et à mesure

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

Youtube/Blog: Monétisation, partenariats et relations! 

Avant d’être youtubeuse ou blogueuse, tu es aussi abonnée et lectrice : quels sont les blogs ou les chaines YouTube que tu préfères ? 

Adrianne: Je regarde beaucoup de chaînes françaises, par exemple AshWayoflife, ChloéB, Tycia que je trouve fraîches et dont j’aime bien le style, je regarde aussi mes copines Amivi, Djulicious, CamilleGrandXO, Lady AmandineManuelaNoemieMakeuptouch, Lufy, EatClenfit2a parce qu’en plus je connais ces personnes hors caméra et je les apprécie… Si je vais hors de nos frontières, j’aime aussi la chaîne mode THE LINE UP, et j’adore regarde la chaîne de Camila Coehlo qui est une brésilienne magnifique, c’est la première youtubeuse que j’ai suivi ! Mais je l’avoue, je suis toujours à la recherche d’une chaine qui me corresponde à 100% avec le max de couleurs et de vintage !  En ce moment je suis en train de regarde la série Girl Boss. J’adore cet univers, il m’inspire énormément. Si l’héroïne avait une chaine YouTube, je pense que j’aurai adoré.

Et puis pour les blogs, quand j’ai commencé à m’y intéresser, je suivais le blog de Betty. Je regardais tous les jours si elle avait mis un nouvel article, elle avait toujours des pièces hyper originales. 

Le partage comme ligne directrice 

Tu as une très belle communauté quel regard portes-tu sur les gens qui te suivent ?

Adrianne: Je les adore. Quand je lis les commentaires c’est vraiment le plus beau moment. Je ne me fie pas forcément aux vues parce que je n’ai pas non plus des centaines de milliers d’abonnées. Mais je me fie vraiment aux commentaires. J’ai la chance d’avoir une communauté super bienveillante. Je ne modère pas les commentaires, je ne supprime vraiment rien, mis à part des commentaires d’insultes. Je suis super contente et hyper fière car quand je rencontre les gens en vrai, je me dis que j’ai de la chance d’avoir réussi à toucher des personnes qui me correspondent. 

En parlant de « rencontre » tu as participé au Get Beauty (salon d’influenceur mode et beauté) à 2 reprises, en gardes-tu un bon souvenir ?

Adrianne: Oui mais l’année dernière (2016) j’en garde un meilleur souvenir. Cette année c’était plus fatiguant, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. La mécanique est bizarre, les gens viennent et prennent juste une photo. Quand je rencontre des gens j’aime bien leur demander leur nom, ce qu’ils font dans la vie. D’ailleurs, il arrive que certains soient choqués de voir que l’on leur pose des questions alors que « ce n’est que nous » : On est tous pareil.

Et puis il faut dire qu’au Get Beauty il y a tellement de « grosses youtubeuses », je n’aime pas trop ce terme, hyper connues avec beaucoup d’abonnées, que c’est un peu à la chaîne. Elles ont moins le temps de parler car il y a énormément de monde qui vient les voir. C’est peut-être pour cela que certains abonnés peuvent ressentir une appréhension à discuter. Dans ces cas là, je me sens gênée pour eux, j’ai envie de leur faire comprendre qu’ils n’ont pas à se sentir impressionnés. Comme j’ai moins d’abonnés je peux plus discuter. Je  préfère lorsque j’organise des rencontres seule c’est toujours beaucoup plus calme et j’aime davantage ces petits meet up:) on a plus de temps pour se parler. Je trouve cela plus humain finalement car ce que je n’aime pas trop ce sont ces effets de starification 

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

Influenceur, un métier à part entière

Ce qui a mon sens fait ton authenticité, c’est ton vécu. Tu as beaucoup bossé, fait des études dans des univers différents. Une formation de makeup artiste, de mode et même un BTS MUC. Justement en ayant professionnalisé ton activité de blogueuse est-ce que les connaissances acquises en BTS te servent aujourd’hui dans ton boulot ? 

Adrianne: Oui, quelques notions du BTS m’ont servies, je ne regrette pas de l’avoir fait. Par exemple pour faire des factures, ça m’a aidé quand même. Même si ce n’est pas la même chose car en BTS on travaillait davantage sur une entreprise physique. Quand je travaillais chez Camaïeu on devait calculer les taux de transformation des produits. Évidement je ne fais pas de la vente comme ça mais quand même, pour certaines choses ça m’est utile.

La facturation, sous entend la professionnalisation de l’activité, quel a été le déclic à partir du moment ou t’es dit : je vais faire de YouTube et de mon blog mon métier ?

Adrianne: En fait il n’y a pas eu de déclic. En 2015 j’ai commencé à me mettre en auto entrepreneur quand il a fallu commencer à faire des factures et déclarer. Le moment où j’ai compris que l’on pouvait gagner sa vie avec YouTube, c’était lors d’un séminaire avec l’agence influenceforyou (une agence d’influenceurs) à Disney. On avait des petites conférences pour se former à cet aspect de YouTube. C’était la découverte pour moi, j’étais perdue je ne connaissais vraiment pas le système des collaborations. Je savais qu’on gagnait un peu de sous grâce aux vues YouTube mais pas que l’on pouvait être payé par des marques. Surtout que je n’avais pas 100 000 abonnées. Donc, c’est suite à cela que je me suis dit que c’était possible. 

Après le séminaire je suis restée en contact avec l’agence et c’est eux qui m’ont apporté mes premiers contrats. Au début je ne me disais pas « ça va être mon métier », je me disais que c’était bien, que ça me permettait de gagner un peu de sous.  Mais je voulais essayer de créer un projet à coté. Finalement, j’ai toujours en tête de créer autre chose. Donc même si je m’épanouis dans cet univers, j’ai plein de choses dans la tête. Je me dis que c’est toujours bien de créer quelque chose d’autre pour assurer son avenir. Il y a aussi une certaine manière de me servir de tout cela, de tout ce que ça m’a appris pour faire un projet original qui me ressemble plus.

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

La création de contenu: De l’idée à la réalisation

La vie de blogueur/ Youtubeur semble très rythmée : Quelle est ta journée type ?

Adrianne: Le matin j’essaye de faire tout ce qui est administratif : les mails, les factures. En fin de matinée, je commence à préparer ce qu’il me faut pour tourner une vidéo ou je fais du montage. Je ne tourne pas tous les jours mais en général, c’est comme cela que ça se passe. 

Et je t’avoue que j’ai du mal à m’arrêter le soir ! Au début je n’y arrivais pas du tout. Quand j’enregistrais une vidéo, j’aurais pu me dire « on fera le montage demain », mais je n’y arrivais pas. Il fallait que j’enchaine le montage, j’avais envie de le faire tout de suite. Il arrivait que je me couche à 4h du matin. Maintenant, j’essaye d’être mieux organisée et à 19 h d’arrêter. Même si on ne coupe jamais vraiment car avec les réseaux on est toujours super connecté.

Tu travailles en collaborations avec différentes marques, quels sont les critères qui te poussent à accepter une collaboration. Et quelles sont les étapes de création jusqu’à la sortie de la vidéo ? 

Adrianne: Tout d’abord, j’accepte de collaborer avec les marques que j’aime bien. Quand certaines marques que je ne connais pas me contactent, je demande toujours à pouvoir tester le produit pendant quelques semaines. Pour des collaborations mode, c’est toujours plus facile car en général, je sais si j’aime ou pas. Les vêtements et les produits de beauté ce n’est vraiment pas pareil. 

Ensuite, il y a différentes formes de collaborations : le placement de produits ou la vidéo dédiée. Les marques nous disent ce qu’elles veulent dans un brief. Je regarde toujours attentivement le brief pour vérifier que je suis en accord avec ce qu’on me demande, car parfois il arrive que des marques nous envoie des textes à dire. Ça, ce n’est pas possible pour moi. En général les marques aiment recevoir les intentions artistiques de la vidéo (résumé de la vidéo) pour connaître l’univers que je vais lui donner. Une fois l’intention validée, je tourne et j’envoie un preview avant de publier. Parfois les marques font modifier mais ce n’est pas par rapport à ce que je peux dire mais plus pour les images. 

Un milieu professionel particulier

YouTube et les blogs sont un milieu difficile et très féminin, on en parle rarement mais quel est ton regard là-dessus, tu l’as connu dans tes études mais également maintenant dans ton boulot ? Comment le vis tu au quotidien ? 

Adrianne: Je le vis de mon côté. C’est vrai que dans les évènements j’aime bien parler avec tout le monde, je suis très sociable. Il y a quelques filles que j’aime vraiment bien voir à chaque fois comme Amivi, Djulicious, Camille grand, Manuela, NoemieMakeuptouch, Audrey Marshmaloo ou encore Lufy. Mais parfois je trouve que dans certains évènements l’ambiance est très bizarre et c’est vraiment à l’inverse de la personne que je suis car j’aime la convivialité. 

Il y a aussi certaines filles qui prennent la grosse tête mais je n’arrive pas à comprendre. Enfin ce n’est pas que sur YouTube, c’est dans tous les domaines. Mais c’est vrai que grâce à YouTube on a un petit peu de notoriété. Néanmoins je ne pense pas que ça soit justifié. Pour être sur YouTube il n y a pas besoin d’avoir un talent particulier. Et puis même la fait d’avoir un talent ne justifie pas la grosse tête, je crois que ça vient surtout de la personnalité.

De plus en plus de blogueuses et youtubeuses sont aidées au quotidien par des agents dans la gestion ds mails, les relations avec les marques. Est-ce ton cas ? 

Adrianne: Je fais tout toute seule. Rémi m’aide à filmer en extérieur. D’ailleurs j’essaye de faire beaucoup de vidéos en extérieur. Et j’ai vraiment de la chance car Rémi m’aide et me soutient énormément. C’est la personne qui me soutient le plus. Au départ personne ne comprenait bien ce que je faisais, ou surtout, à quoi ça servait. Je me remets souvent en question car je doute vite et je baisse les bras rapidement. Mais j’ai Rémi qui me motive et qui me pousse. Il est toujours là pour me soutenir et franchement heureusement qu’il est là !

adrianne
Crédit photo @adriannetrends

Les Projets :Avenir de la chaine? du blog? Carrière dans la musique? Expatriation?

Quelle direction prend ta chaine en cette rentrée de septembre 2017 ? Et ton blog ?

Adrianne: Je vais continuer comme ça. Même si c’est intense, je vais vraiment essayer de garder 3 vidéos par semaine et 2 articles sur le blog également. J’aime bien être super présente, super active, j’ai l’impression de plus partager comme ça. Je veux aussi toujours donner une orientation plus mode et vintage à ma chaîne car c’est ce que j’aime. Aussi je voudrais essayer de faire plus de musique sur ma chaîne : Mêler la chanson et YouTube. Enregistrer mes musiques en studio et proposer un look en rapport avec cette musique sur certaines vidéos. Depuis le début de l’été, j’essaye de plus en plus de trouver des lieux adaptés aux looks; avant je n’osais pas trop demander et finalement les gens répondent plutôt positivement. J’ai envie que tout soit dans le thème, je ne veux pas rester dans ma chambre assise. C’est bien sur certaines vidéos mais faire que ça m’ennuie. 

En 2013 tu évoquais l’envie d’habiter au USA, est ce toujours d’actu ? Pourquoi ce pays par rapport aux autres ? 

Adrianne: Je me suis rendue compte qu’on fait plein de projets mais finalement je ne pense pas que c’est ce qui me rendrait le plus heureuse. Aujourd’hui je suis trop heureuse ! On passe beaucoup de temps à se dire « quand je serai là je serais heureuse », « quand j’aurai ça je serai heureuse ». Et en fait non, ce n’est pas ça le bonheur. C’est juste avoir trouvé la paix avec soi même. Et depuis le début de l’année je suis vraiment bien. Je me suis rendue compte que les USA ne sont plus un objectif dans ma vie. J’aime ce Sud et puis les voyages c’est bien aussi. Je pense que les choses qui nous font rêver doivent rester exceptionnelles pour que ça ne devienne pas une routine.

Adrianne en 10 questions :

 

  1. Ta série favorite ? Sex and the city
  2. Thé ou café ? Café
  3. Le plat que tu détestes ? La macédoine
  4. Ton émission de télé préférée ? Danse avec les stars
  5. Le surnom que tes proches te donnent ? adri / driou / didou
  6. As tu un toc ? Je chante tout le temps
  7. La pire tache ménagère ? Le repassage
  8. Le site de vêtement sur lequel tu craques forcément ? Asos
  9. La musique ou chanson que tu peux écouter en boucle sans jamais être lassée ?  I will always love you
  10. Ton pêché mignon ? Les gnocchis

Ton back to…

 Si tu avais la possibilité de te téléporter n’importe où dans le temps et l’espace pour revivre un moment de ta vie passée. Ou irais-tu ? Pourquoi ? Peux-tu nous raconter un souvenir en rapport avec ce lieu ?

Adrianne: Je retournerais en 2005. C’est horrible de dire ça car je ne connaissais même pas Rémi ! Pourtant c’est l’une des années dont je garde les meilleurs souvenirs. C’était la dernière année où mes parents étaient encore ensemble. Donc c’était nos dernières vacances tous en famille. C’était une bonne année, j’avais même été élue miss camping haha.

adrianne
Crédit photo @adriannetrends
J’ai pris un immense plaisir à faire cette ITW…. C’est d’ailleurs la plus longue sur mon blog! Je remercie infiniment Adrianne, pour le temps qu’elle m’a consacré et la sincérité avec laquelle elle m’a répondu.

J’espère que cet article vous aura permis de connaitre Adrianne, au delà d’Adrianne Trends. 

Pour retrouver Adrianne:

Alix

PS: Pour lire l’ITW d’AllyFantaisies c’est juste ici. Celle de LufyMakes YouUp par , ou encore celle d’Audrey Marshmaloo ici.

Vous pourriez aimer

4 comments

Répondre

J’aime beaucoup Adrianne et Rémi 🙂 c’est une super interview que tu as fait là Alix 😉 j’ai appris pas mal de choses sur Adrianne que je ne savais pas. Quelle est la prochaine personne que tu vas interviewer ? hihi

Répondre

Helloooo!
Merci beaucoup 🙂 Il faut que je démarche de nouvelles personnes ♡

Répondre

Coucou. Très belle interview sur ma Youtubeuse préférée, la jolie Adrianne. Tu as fait un très bel article, bravo à toi. J’ai eu la chance de croiser Adrianne et c’est vraiment quelqu’un de bien ainsi que Rémi. Merci pour cette belle interview, tu as du talent. Bisous

Répondre

C’est adorable! Merci à toi ♡

Laisser un commentaire