21 avril 2020, la France est confinée depuis 5 bonnes semaines.

Mettre des mots sur des maux, voilà un exercice que j’ai plaisir à exécuter. L’écrit se prête plus facilement à ce jeu d’équilibre, tant la parole peut être interprétée. Les écrits aussi, certes, mais le recul nécessaire à la publication d’un article évite certains écueils.

Je ne m’étale pas trop sur les réseaux au sujet de la crise sanitaire que nous traversons. Plusieurs raisons expliquent cela:

  1. À quoi bon rajouter une pierre de plus à l’édifice du climat anxiogène déjà très présent sur les réseaux.
  2. L’angoisse de la bêtise. Un mot plus haut que l’autre, une phrase prise à contre sens et nous voilà dans la tourmente.
  3. Le ressenti personnel, dont la définition consiste à rester privé.

Sur le blog, je me sens moins oppressée, plus libre peut être. Alors, la dimension privée s’efface peu à peu dans l’espoir que mon sentiment puisse apaiser certaines consciences ou être partagé par d’autres.

C’est curieux cette privation de liberté. Elle n’est pas prévue pour nous punir, mais pour nous protéger. Alors que nous sommes des milliers à se rêver une vie confinée avec Netflix et des céréales en temps normal, la perspective de la réalité de la situation nous pousse à y préférer les sorties risquées. À tel point que la sortie courses hebdomadaire devient un événement attendu comme le 25 décembre. Et puis la réalité te rattrape. La queue de longues minutes devant les magasins, l’attestation à ne pas oublier, les rayons vides, les masques, le silence.

Les larmes montent.

confessions confinées

La peur de l’inconnu et le chamboulement des habitudes sont quelque chose qui m’angoissent énormément. Chaque moment de ma vie est cadré. Millimétré, répété avec précaution et rien n’est laissé au hasard. On parle d’ « hyper contrôle ». Comme tout excès, il n’est pas foncièrement bénéfique. L’hyper contrôle rassure, donne un sentiment de surpuissance si, et seulement si, tout se passe comme prévu. Un souffle est le château de cartes s’effondre. Le mien est par terre.

L’impossibilité de se projeter est peut être ce qui m’angoisse le plus aujourd’hui. Les plans sur la commette, les nouvelles aspirations et envies sont un moyen d’occuper le vide. On en a déjà parlé de ce vide. S’il n y a pas de projet? Alors le petit vélo pédale, pédale et pédale encore dans la tête pour combler le vide.

Mon manque à moi, ce n’est pas le manque physique. J’entends par là, le manque de mouvements. C’est bien le manque de projections, qui, couplé à l’incertitude, crée un trou noir d’angoisses.

Les personnalités se dessinent, la méchanceté se reforme chez certains, la bienveillance en illumine d’autres. Scandale au rayon clémentines quand une femme s’approche par mégarde un peu trop près d’une seconde. La rage s’empare d’elle, la transforme. « Nous sommes en guerre » a dit monsieur Macron, un vieux souvenir des documentaires sur le rationnement en 39-45 refait surface. En ces temps de crise l’invidualité prime souvent à tort sur le collectif.

D’ailleurs, restons en 39-45. Un parallèle historique m’a fait prendre conscience de notre rôle à jouer dans la situation actuelle:

Nos grand parents devaient aller au front pour se battre contre un ennemi visible. Quand à nous, nous devons rester chez nous pour combattre un mal invisible. Drôle de période. Quitte à choisir, il est évident que la seconde solution est la plus aisée à réaliser.

Et puis, cela permet également de relativiser sur ces consignes provisoires qui sauvent pourtant des vies.

Le jogging attendra.

Tous mes articles « mood » sont ici 

confessions confinées

Vous pourriez aimer

11 comments

Répondre

Article très bien écrit.
Il ne faut pas hésiter à nous livrer tes ressentis – si tu le souhaites bien sûr -.
Pour la part je suis également une personne qui a ses petites habitudes et qui est allergique au changement en temps normal.
Alors certes cette période difficile peut nous perturber mais comme tu l’as si justement souligné elle monte aussi le meilleur et le pire en chacun d’entre nous, nous pousse également à effectuer une réflexion plus en profondeur sur la personne que nous sommes, celle que nous souhaitons être et également à faire le tri autour et en nous.
Merci Alix pour cet article authentique et touchant !

Répondre

Merci mille fois ma belle ❤

Répondre

Répondre

❤❤

Répondre

L’angoisse te fait faire quelques fautes d’orthographe (oui je suis un daron de 65 ans) mais ce n’est pas grave, le contenu de ce que tu publies est intéressant. J’ai découvert ta chaîne récemment, je suis un YTaddict, et sache que j’apprécie beaucoup tes publications, tant par l’humour, le langage parfois old school et le contenu qui ne se résume pas à la promo du dernier fond de teint. Nous vivons une période exceptionnelle, qu’aucun de nous n’avait pu imaginer vivre, et je crois qu’il va nous falloir beaucoup de courage pour en sortir avec le moins de dégâts possibles . Malheureusement les réseaux sociaux (et les medias tradi) sont infestés de mauvais prédicateurs et d’agitateurs extrémistes en tout genre dont il faut se protéger aussi. Courage à toi et ta maman.

Répondre

Merci! ❤

Répondre

C est assez marrant j ai l impression de me voir dans un miroir
Je lis exactement ce qu il y a dans ma tête
Pour moi ça ne me dérange pas de ne pas aller me balader pendant des heures si ca peut sauver des vies
J ai la chance d avoir un balcon si je m ennuie je me balade sur mon balcon et je prends une chaise pour prendre le soleil
Mais le fait de ne pas pouvoir me projeter m angoisse beaucoup
Le fait de ne pas savoir si je pourrais profiter des grandes vacances, de voyager, pour ne ps aller au bout du monde mais déjà de changer de ville de pouvoir aller voir des amis que tu n as pas vu depuis très longtemps ou de voir de nouveaux paysages
Cela m angoisse beaucoup
J attends cela depuis un an et c est comme quand tu es à Noël que tu ne reçois aucun cadeau tu te dis que tu es puni et tu te demande pourquoi mais que tu ne peux rien y faire

Cela a bloqué tout nos projets tout est mis sur pause
Tu ne sais même pas quand cela va recommencer?
Toutes les choses que tu aimais faire avant
Est ce que ça sera possible de les faire avant l hiver?
Passer de l hiver à l hiver c est très déprimant

Cela même aussi à beaucoup d introspection
Tu fais attention à des choses que tu n aurais jamais posé les yeux avant car pas le temps souvent
Toutes ces choses que tu prenais pour acquise sont remise en cause et la vrai personnalite des gens se révèle, cela permet de voir plus clair dans les relations et un tri est plus facile à faire après.

J espère vraiment que l on pourra profiter du beau temps ailleurs que sur notre balcon
J ai une envie folle de visiter la France j espère que ça sera possible

Bon courage à tous Le meilleur remède est de rigoler chaque jour et d être POSITIF
GROS BISOUS

Répondre

C’est fou! pour l’hiver j’ai fait exactement la meme réflexion à maman en début de semaine 🙁 espérons que ce ne soit pas le cas ❤

Répondre

Merci pour tes mots Alix. Ce confinement est une chose très bizarre à vivre. Je suis maman d’une princesse qui fêtera ses 9 ans demain. Elle est angoissé par cette situation… Elle se pose et me pose beaucoup de questions mais comment rassurer mon enfant alors que je ne sais absolument pas de quoi demain sera fait. Demain… que sera demain ? Retrouverons-nous la vie d’avant ? Quand pourrons-nois retourner au resto, boire un verre, manger chez tes amis, aller en vacances ou en week-end chez mes parents ? Autant de questions auxquelles je n’ai AUCUNE réponse.
Bref… il paraît qu’on va s’en sortir sans sortir…

Répondre

Coucou ma biche ❤ Je te souhaite beaucoup de courage avec tes puce et t’envoie toutes mes pensées ❤

Répondre

J’ai également ce même manque dû à incertitude… 3 semaines que j’attends les résultats d’un concours… 3 semaines que le ministre repousse leurs publications alors qu’ils savent déjà qui est admissible où non… Comment s’investir pleinement dans un futur travail sans savoir si on est reçu ou non !? Le blog me permet également de m’évader mais je suis vite rattraper pas la réalité du concours qui est déjà très anxiogène à lui seul…
En tout cas, ça fait toujours du bien de te lire, ça me rassure de voir que je ne suis pas seule dans certaines galère 🙂 Et ça fait toujours du bien d’écrire sur le blog :p Continues ce que tu fais ! ♥

Répondre à Chloé Annuler la réponse.